Stratégies régionales d'intervention

Des stratégies régionales d'intervention sont définies par les bureaux d'affaires de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC).

Pour en savoir davantage, communiquez avec un conseiller du bureau d’affaires de votre région. Il pourra vous informer, vous conseiller ou vous accompagner dans la réalisation de votre projet tout en tenant compte des priorités d’intervention dans la région et de la disponibilité des fonds de DEC.

Pour connaître le bureau d'affaires qui dessert votre région, sélectionnez votre région administrative ou faites une recherche par code postal.

Abitibi-Témiscamingue - Nord-du-Québec

Portrait de la région

  • Territoire et population : Régions administratives similaires sur les plans économique et structurel / 192 469 habitants / 128 municipalités / 2 % de la population, 3 % du poids économique et 59 % de la superficie du Québec / Faible densité (env. 3 hab. / km2) / MRC à faible croissance économique (sauf Rouyn-Noranda et Vallée-de-l’Or) / Taux de chômage de 5,6 % à 6,3 % au 4e trimestre de 2016 versus 6,1 % pour l’ensemble du Québec.

  • Abitibi-Témiscamingue : Principaux secteurs axés sur l’exploitation durable du potentiel minier, forestier et hydrique / Savoir-faire et expertise exportables pour les PME / Transformation des secteurs traditionnels vers nouveaux produits, procédés et modèles d’affaires innovants, les technologies propres et l’intégration de technologies numériques / Présence d’institutions du savoir (UQAT, CTRI et autres) / Tourisme et agroalimentaire importants pour la diversification / Pénurie de main-d’œuvre qualifiée / Sensible aux cycles et variations économiques des secteurs miniers et forestiers (volatilité du prix des commodités, crise du bois d’œuvre, etc.).

  • Nord-du-Québec : Importance des ressources naturelles (mines, forêt) / Population jeune et en croissance (Eeyou-Istchee et Nunavik) / Importance des opportunités d’affaires en lien avec le développement nordique (projets miniers majeurs, tourisme nordique, adoption de technologies propres pour réduire les carburants fossiles dans les communautés isolées, etc.) / Faible taux de scolarisation et rareté de main-d’œuvre qualifiée / Région éloignée des principaux marchés / Faible densité de population avec dispersion sur un vaste territoire.

  • Premières Nations et Inuits : 7 communautés algonquines, 9 communautés cries et 14 communautés Inuits / 22 % de la population des deux régions et 43 % de la population des Premières Nations et des Inuits au Québec.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • La priorité sera donnée aux projets qui permettront aux entreprises de prendre le virage numérique et de rehausser leur productivité par l’adoption et l’intégration des technologies numériques et de l’information. Les PME innovantes et en croissance qui souhaitent intégrer ou accentuer leur intégration aux chaînes de valeur mondiales seront également soutenues.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Le bureau d'affaires interviendra en priorité dans le soutien au démarrage, à l’expansion et à la croissance des PME qui développent et exportent de nouveaux procédés, produits et équipements en lien avec les technologies propres et l’économie circulaire. Le bureau d'affaires soutiendra aussi les entreprises qui adoptent des technologies propres afin d’accroître leur productivité et réduire leur empreinte environnementale (par ex. : développement de nouveaux produits forestiers qui maximisent l’utilisation de la fibre de bois, intégration d’énergies plus vertes dans les procédés industriels).

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • La priorité sera accordée aux projets visant la mobilisation des acteurs de développement économique tels que l’élaboration de stratégies de développement économique misant sur les atouts des collectivités ciblées qui permettent le démarrage, l’expansion et le maintien de PME locales/régionales créatrices d’emploi. Le bureau d'affaires offrira également un appui direct à ces PME dans la mesure où elles contribuent à la diversification économique et à la création d’emplois.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Le bureau d'affaires soutiendra les projets contribuant au développement économique des autochtones et des inuits dont par exemple, les projets qui permettent aux entreprises autochtones et aux coentreprises autochtones-allochtones de s’inscrire dans la chaîne de valeurs des grands projets nordiques en tant que fournisseurs de biens et services (par ex. : hébergement d’affaires à proximité des grands sites miniers).
Bas-Saint-Laurent

Portrait de la région

  • Territoire et population : La région compte 197 385 habitants répartis dans 8 municipalités régionales de comté (MRC), soit Kamouraska, Témiscouata, Rivière-du-Loup, Les Basques, Rimouski-Neigette, La Mitis, La Matanie et La Matapédia. Composée de 114 municipalités, la population est concentrée à 60 % le long du littoral. Ses principales agglomérations sont Rimouski (49 281), Rivière-du-Loup (19 645) et Matane (14 206). La région est le lieu de résidence de la Nation des Malécites de Viger.

  • Économie : Le PIB régional (2015) était de 7 milliards, 7 % des emplois dans le secteur primaire (3 fois supérieur à la moyenne du Québec), 13 % dans la fabrication et 75 % dans le secteur tertiaire. Le taux de chômage est de 8 %. Les secteurs économiques porteurs sont : les bioressources (le bioalimentaire, la tourbe, l’agroenvironnement, les produits forestiers), l’éolien, les sciences et technologies marines, le tourisme et les produits métalliques et matériaux innovants.

  • Atouts : La région dispose d’un solide réseau de support à l’innovation qui se déploie dans cinq CCTT, quatre Cégeps et une université (UQAR/ISMER). Le Bas-Saint-Laurent est considéré comme la technopole maritime du Québec. Les ressources naturelles sont abondantes que ce soit pour la tourbe de sphaigne, la biomasse forestière, les produits de la mer, les ressources bioalimentaires, l’énergie du vent ou les paysages à des fins touristiques.

  • Défis : Les défis de la région portent sur la décroissance démographique, le vieillissement de la population et sur une pénurie anticipée de main-d’œuvre spécialisée.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Des mesures seront mises en place afin d’offrir au plus grand nombre d’entreprises l’occasion d’innover, de prendre le virage numérique et de croître, notamment en collaboration avec les centres de transfert technologique. Le bureau d’affaires offrira également le Service de croissance accélérée.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Le bureau d’affaires accentuera ses interventions directes auprès des entreprises (existantes ou en démarrage) dans les secteurs associés aux technologies propres notamment : l’éolien, les technologies marines et les bioressources. Les centres de transfert disposant d’une expertise dans ce domaine seront associés à cet effort par de l’aide à l’acquisition d’équipements ou, dans certains cas, par la mise en place d’une offre de service au démarrage et au développement d’entreprises.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Le bureau d’affaires poursuivra son appui aux communautés en difficultés qui ont entrepris des démarches de mobilisation afin de diversifier leur économie. Il soutiendra la création et la croissance d’entreprises qui contribuent à renforcer la base économique régionale, entre autres par la création et le maintien d’emplois. Il contribuera à l’essor du tourisme, un levier de diversification économique, d’une part en supportant les projets qui bénéficient de l’appui de l’industrie touristique régional et qui démontrent un fort potentiel d’attractivité, et d’autre part en aidant à la commercialisation de l’offre touristique sur les marchés hors Québec.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Le bureau d’affaires sera à l’écoute des projets favorisant le développement économique des autochtones sur son territoire.
Centre-du-Québec

Portrait de la région

  • Territoire et population : 8 MRC dans deux régions administratives : Centre-du-Québec (5 MRC) et l’est de la Montérégie (3 MRC) / 393 604 habitants / 116 municipalités / 4,76 % de la population et 4,84 % du PIB / 5 MRC à forte croissance économique (Drummond, Maskoutains, Arthabaska, Bécancour, Pierre De Saurel) et 3 MRC à faible croissance économique (Nicolet-Yamaska, L’Érable, Acton) / Taux de chômage faible à 5,3 % en 2016 versus 7,1 % au Québec. Deux bandes autochtones de la Nation abénakise : Odanak et Wôlinak

  • Économie : Importante part des emplois dans le secteur de la fabrication (21% vs 12% au Qc). Région la plus manufacturière du Québec avec 23,8% de son PIB. 11e rang sur 17 des régions exportatrices du Québec. Trois pôles urbains importants et dynamiques (Drummondville, St-Hyacinthe, Victoriaville). Trois MRC fortement rurales (Acton, Nicolet-Yamaska, L’Érable), dont l’économie est surtout agricole et forestière. Deux MRC fortement dépendantes des grands donneurs d’ordre (Pierre De Saurel, Bécancour).

  • Atouts : Position géographique et desserte routière avantageuses. Base économique diversifiée, dynamique et un secteur manufacturier important. Acteurs économiques régionaux mobilisés et structurés. Présence d’infrastructures stratégiques (parcs industriels, incubateurs, services d’accompagnement). Culture entrepreneuriale développée. Sources de financement diversifiées et compétitives.

  • Défis : Part importante de fabricants à faible intensité technologique. Exportations directes des manufacturiers faibles et surtout dédiées au marché américain. Pénurie de main-d'œuvre spécialisée. La décroissance des grands donneurs d’ordres et les pertes d’emploi ont affaibli la dynamique économique des MRC Pierre De Saurel et Bécancour.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • La priorité sera donnée aux projets d’innovation ou d’adoption de technologies numériques des PME. Les projets des PME visant à orienter et structurer leur offre de produits en fonction des besoins des nouveaux marchés afin de tirer le maximum de bénéfices de leurs efforts de commercialisation pour l’exportation seront également soutenus.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Le bureau d'affaires interviendra en priorité dans l’appui au prédémarrage, démarrage et la croissance des PME qui développent ou adoptent des technologies propres et dont les produits, les services et les procédés contribuent à la croissance propre. Le bureau d'affaires soutiendra aussi les organismes de recherche ou de transfert technologique dont les objectifs visent à accroître la capacité des PME à innover dans le domaine des technologies propres.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • La priorité sera accordée aux projets de démarrage et de productivité de PME locales et régionales en autant qu’ils contribuent à renforcer et diversifier la base économique de la partie rurale et des zones à faible potentiel de croissance du territoire et au maintien et/ou à la création d’emplois. Le bureau d'affaires travaillera de près et en complémentarité avec les partenaires du milieu afin d’identifier les projets les plus porteurs et structurants dans les collectivités à faible potentiel ainsi que celles fortement dépendantes des grands donneurs d’ordre.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Le bureau d'affaires soutiendra les projets contribuant au développement économique des autochtones dont par exemple, les projets d’entreprises détenues par des autochtones sur et hors réserves ainsi que des projets de PME non détenus par des autochtones mais qui offrent des opportunités de développement économique pour la Nation abénakise et ses membres. Le bureau d'affaires travaillera en complémentarité avec la Nation abénakise et les partenaires du milieu pour identifier les projets porteurs.
Côte-Nord

Portrait de la région

  • Territoire et population : Deuxième région du Québec en terme de superficie (21 % de celle de la province), la Côte-Nord s’étend de Tadoussac jusqu’à l’est de Blanc-Sablon, incluant l’Île d’Anticosti. Elle est divisée en six MRC : Basse-Côte-Nord, Caniapiscau, Haute-Côte-Nord, Manicouagan, Minganie et Sept-Rivières. La région compte un peu moins de 94 000 habitants qui sont répartis dans 33 municipalités et 9 communautés autochtones, incluant les villes de Sept-Îles et Baie-Comeau où vivent près de 50 % de la population de la région. Cette dernière a baissé de 5,5 % entre 2001 et 2015, comparativement à une hausse de 12 % au Québec pour la même période.

  • Économie : L’économie de la région gravite autour de l’exploitation des ressources naturelles. La Côte-Nord produit environ 30 % de l’aluminium du Québec, 33 % de la production minérale, 20 % du volume forestier et 28 % de la valeur des pêches. Le PIB de la Côte-Nord a représenté une valeur de 7,1 G$ en 2014, soit 2,1 % du PIB du Québec. En 2015, la prédominance de l’exploitation des ressources naturelles se reflétait sur le marché du travail régional alors que les emplois reliés au secteur primaire représentaient un peu plus du double de la moyenne du Québec (4,7 % contre 2,1 %).

  • Atouts : Abondance des ressources minérales, marines et forestières, présence de grands donneurs d’ordres, accès à la voie maritime du Saint-Laurent et présence de trois ports de mer importants (Baie-Comeau, Port-Cartier et Sept-Îles, également ports d’escale de croisières), bonne desserte aérienne et ferroviaire, grands espaces vierges et sauvages constituant un potentiel touristique à développer.

  • Défis : Un bassin de PME industrielles restreint, un faible taux d’entrepreneuriat, d’innovation et d’intensité technologiques, la dépendance des PME au marché régional des grands donneurs d’ordres, une part significative des emplois qui dépendent d’industries en déclin (pêches et forêt : 36 %), baisse démographique, attraction et rétention de la main-d’œuvre difficile pour les PME (concurrence des grands donneurs d’ordres, coûts du logement).

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Appuyer les projets qui permettront de rehausser l’intensité technologique et le niveau d’innovation des PME, afin d’améliorer leur compétitivité et leur permettre d’élargir leur marché (développement de nouveaux produits, composantes ou procédés, intégration de nouvelles technologies, etc.). Offrir le Service à croissance accélérée.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Soutenir des projets de PME visant la réduction de l’empreinte environnementale ou la valorisation de la biomasse et des résidus (acquisition de technologies propres, développement de nouveaux produits, équipements et/ou procédés).

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Aider le démarrage ou la croissance d’entreprises qui créeront ou maintiendront des emplois dans des secteurs permettant de diversifier l’économie régionale, tels que le tourisme d’aventure, l’écotourisme, l’hébergement, la transformation bioalimentaire, etc. Appuyer la promotion à l’international et certains atouts régionaux qui contribueront à attirer des touristes hors Québec. Participer à des projets de mobilisation autour d’enjeux reliés aux industries du tourisme et du bioalimentaire.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Contribuer à des projets porteurs qui favorisent le développement économique des communautés autochtones (projets d’entreprises et réalisation d’études ou de plans de mobilisation reliés au tourisme, au bioalimentaire et à la production de biens).
Estrie

Portrait de la région

  • Territoire et population : Le territoire desservi par le bureau d’affaires Estrie couvre la région administrative de l’Estrie et deux MRC en Montérégie (Haute-Yamaska et Brome-Missisquoi) : 467 600 habitants dont 162 600 à Sherbrooke, 118 municipalités, ruralité de l’Estrie à 33,4 % vs 19,1 % au Québec; population estrienne vieillissante (taux de remplacement de 87 % vs 96,6 % au Québec, 74,8 % en 2021 vs 81,3 % pour la province); taux d’emploi et revenu disponible : Estrie 57,1 % / 24 400 $ et Montérégie 62 % / 27 200 $ vs 60 % et 26 000 $ respectivement au Québec.

  • Économie :
  • 1 400 entreprises manufacturières (17 % des emplois vs 12 % au Québec); 75 filiales de sociétés étrangères.

    • Un pôle urbain
    • (RMR de Sherbrooke) renfermant un fort potentiel d’innovation et de démarrage de PME innovantes; 5 filières-clés : Sciences de la vie, Technologies propres, Micro-nanotechnologies, Technologies de l’information et des communications et Fabrication de pointe.
    • Trois MRC centrales
    • (Haute-Yamaska, Brome-Missisquoi et Memphrémagog) industrialisées mais secteurs plus traditionnels (caoutchouc / plastique / métal / meuble / agroalimentaire), à l’exception de la microélectronique concentrée à Bromont; principal pôle touristique des Cantons-de-l’Est.
    • Cinq MRC périphériques
    • (Coaticook, Haut-Saint-François, Val-Saint-François, Les Sources et Le Granit) reposant sur des industries forestière, agroalimentaire, minière et touristique et industrie manufacturière moins développée et plus traditionnelle. La présence de BRP et d’une gare intermodale offrent toutefois un potentiel PME plus élevé dans la MRC Val-Saint-François.

  • Atouts : Important secteur manufacturier, diversifié et regroupé en créneaux d’excellence; proximité du marché américain; forte culture de l’entrepreneuriat et environnement propice au développement d’une culture de l’innovation et au démarrage d’entreprises innovantes.

  • Défis : Rehausser l’intensité technologique et accroître la compétitivité des secteurs traditionnels; diminuer la dépendance envers le marché américain pour les exportations et l’attraction de touristes; contrer la pénurie de main-d’œuvre.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • La priorité sera accordée aux projets de PME ou d’organismes qui les soutiennent qui contribuent à accroître le démarrage d’entreprises innovantes, la compétitivité et la croissance des entreprises, notamment par le développement et l’amélioration de produits et procédés, l’adoption de technologies numériques, l’amélioration de la productivité, l’augmentation de la production et le développement de marchés. De plus, le bureau d’affaires appuiera les initiatives visant à améliorer les services d’accompagnement auprès des PME aux divers stades de leur développement. Le Service de croissance accélérée sera offert aux entreprises innovantes du territoire par le bureau d’affaires qui mettra également l’accent sur la sensibilisation des PME aux retombées industrielles et technologiques découlant des marchés de l’État.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Une attention particulière sera accordée aux entreprises ayant développé des technologies propres ou voulant adopter de telles technologies, que ce soit à l’étape du démarrage, de la pré-commercialisation, de la commercialisation, de l’expansion ou de l’exportation.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Les projets contribuant à la diversification des MRC à faible potentiel de croissance économique de la région seront priorisés (création et développement de petites entreprises, plan de mobilisation, mise en place d’équipements collectifs économiques, etc.). Par ailleurs, le bureau d’affaires soutiendra les projets visant à consolider le positionnement touristique de la région et à y générer une hausse des dépenses de touristes hors-Québec.
Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine

Portrait de la région

  • Territoire et population : 2 ensembles géographiques distincts / archipel des Îles-de-la-Madeleine et péninsule gaspésienne / 90 311 habitants, dont 14 % aux Îles / chute de 4 % de la population régionale de 2011 à 2016 / 1,1 % de la population totale du Québec / 44 municipalités rurales réparties dans 5 MRC et un territoire équivalent et 3 communautés autochtones (dont 1 hors-réserve) / Faible taux de scolarisation et rareté de main-d’œuvre qualifiée.

  • Économie : L’ensemble des MRC présentes sur le territoire affiche une faible croissance économique / En janvier 2017, le taux de chômage s’inscrivait à 12 % contre 6,3 % pour l’ensemble du Québec / Les 35 200 emplois de la région représentent 0,9 % de ceux de l’ensemble de la province / La région occupe le dernier rang au Québec au niveau du PIB (8,5 % du PIB du Québec).

  • Atouts : Présence de centres de recherche rayonnant à l’international (Merinov, TechnoCentre éolien) / Savoir-faire exportable pour les PME dans le domaine éolien / Régions touristiques primées, reconnues et fréquentées par la clientèle internationale/ Des secteurs émergents tels les TIC ou le bioalimentaire qui contribuent à la diversification / Présence d’opportunités en lien avec la pêche durable et le renouvellement des flottes de bateau.

  • Défis : La faiblesse marquée du secteur manufacturier (près de 130 entreprises pour l’ensemble de la région représentant 6 % des emplois totaux) / L’emploi est dominé par le secteur tertiaire (82 %), notamment les services publics. L’économie de la GÎM repose toujours sur les secteurs traditionnels, dont la pêche, le tourisme et la foresterie, et ce, malgré l’émergence de nouveaux secteurs. Région éloignée des principaux marchés.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • La priorité sera donnée aux projets d’innovation ou d’adoption de technologies numériques des PME.
    • Les PME innovantes et en croissance qui souhaitent intégrer ou accentuer leur intégration aux chaînes de valeur mondiales seront soutenues ainsi que leur initiatives de commercialisation à l’international.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • La priorité sera accordée au démarrage et à l’expansion des PME qui développent et exportent de nouveaux procédés, produits et équipements en lien avec les technologies propres et l’économie circulaire.
    • Priorisation de la consolidation de la filière éolienne et du développement de marchés internationaux pour les entreprises à fort potentiel de ce secteur.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Les projets visant la mobilisation des acteurs de développement économique tels que l’élaboration de stratégies de développement économique misant sur les atouts de la région et permettant le démarrage, l’expansion et le maintien de PME locales/régionales créatrices d’emplois seront priorisés. Un appui aux PME contribuant à la diversification économique et à la création d’emplois sera également favorisé.
    • Le développement de nouveaux attraits ainsi que les projets visant le renouvellement de l’offre touristique régionale dont l’offre d’hébergement seront priorisés.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Les projets contribuant au développement économique des autochtones notamment ceux permettant d’apporter une valeur ajoutée aux créneaux forts de la région (pêche, tourisme, agroalimentaire et éolien) seront priorisés. Des stratégies de diversifications économiques de ces communautés seront également appuyées.
Grand Montréal

Portrait de la région

  • Territoire et population : 18 MRC/ dans cinq régions administratives : Montréal, Laval, Montérégie (10), Laurentides (4) et Lanaudière (2), incluant 5 MRC à faible potentiel économique. 142 municipalités. 4,37 M d’habitants (53 % de la population du QC). Trois bandes autochtones de la nation Mohawk : Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne, et une grande population autochtone hors-réserve. Forte population anglophone et immigrante.

  • Économie : Cœur économique du QC avec 57 % du PIB. Structure économique diversifiée marquée depuis 30 ans par la tertiarisation. Regroupement d’importants secteurs d’emplois et d’innovation autour de neuf grappes industrielles (aérospatiale, aluminium, cinéma et télévision, services financiers, logistique et transport, mode, sciences de la vie, TIC, et technologies propres). 64 % des établissements exportateurs du Québec. Écosystème entrepreneurial et de startup riche et en croissance. Principal centre académique et de recherche du Québec, accueillant notamment treize institutions universitaires. 70 % des emplois créatifs de la province.

  • Atouts : Capacité et infrastructure d’innovation importante. Fort potentiel d’attractivité des entreprises et de la main d’œuvre. Proximité de marchés majeurs avec des infrastructures de transport abondantes (routières, aéroportuaires, ferroviaires et portuaires) et une intermodalité efficaces. Écosystème de startup dynamique et de nombreux incubateurs et accélérateurs performants. Forte diversité culturelle et linguistique.

  • Défis : Faible productivité des entreprises dans un contexte de concurrence internationale accrue. Incertitude économique mondiale, notamment au niveau du commerce. Pénuries de main-d’œuvre sectorielle. Intégration des immigrants et des autochtones au marché du travail. Multiplicité des intervenants et gouvernance locale complexe.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Accroître le soutien direct aux entreprises innovantes en prédémarrage et en démarrage visant des marchés prometteurs et issus de créneaux porteurs, notamment les sciences de la vie et les TIC.
    • Favoriser les projets de croissance d’entreprises innovantes qui s’engagent dans une démarche de numérisation ou de développement de nouveaux marchés internationaux, dans les secteurs porteurs où le Grand Montréal présente un avantage compétitif à l’échelle mondiale, comme l’aérospatiale ou les industries créatives.
    • Soutenir l’émergence et le développement de secteurs prometteurs pour lesquels la région présente des forces : intelligence artificielle, ville intelligente, réalité virtuelle et augmentée, et technologies propres, dont les véhicules électriques.
    • Continuer l’appui à certaines des grappes qui structurent l’écosystème économique régional de même qu’ aux organismes qui soutiennent l’entrepreneuriat et aident la création et le démarrage d’entreprises innovantes, incluant pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire.
    • Appuyer les entreprises démontrant une croissance accélérée.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Appuyer davantage le démarrage et la croissance des entreprises de technologies propres en soutenant, par exemple, des projets de démonstration des technologies (vitrines, prototypes, etc.), d’achat d’équipements ou de commercialisation à l’international.
    • Appuyer le transfert et l’adoption des technologies propres et les événements de calibre international qui en font la promotion et facilitent le maillage entre entreprises.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Dans les cinq MRC à faible potentiel économique, appuyer les initiatives de développement et de diversification pilotées par les acteurs locaux et les projets de démarrage et de croissance d’entreprises locales et régionales permettant le maintien et l’augmentation des emplois et la diversification de la base économique.
    • Poursuivre l’appui aux organismes qui contribuent à l’attraction d’investissements et de touristes étrangers ainsi qu’au rayonnement international du Grand Montréal.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Accroître les liens avec les communautés autochtones afin d’en apprendre davantage sur leurs défis et besoins, de leur faire connaître les programmes de DEC et de les appuyer dans leur développement économique. Appuyer des projets provenant d’entreprises ou d’organismes autochtones qui contribuent développement économique des collectivités et au rayonnement du tourisme autochtone sur la scène internationale.
Mauricie

Portrait de la région

  • Territoire et population : Le territoire de Mauricie-Lanaudière compte 10 MRC dont 2 à forte croissance économique (Trois-Rivières, Joliette) et 8 à faible croissance (Shawinigan, Des Chenaux, Maskinongé, Mékinac, La Tuque, D’Autray, Matawinie et Montcalm), 92 municipalités et 3 communautés autochtones Atikamekw (Wemotaci, Manawane, Obedjiwan). Un total de 479 647 habitants (5,9 % de la population du Québec) y vivent sur un territoire de 52 471 km2.

  • Économie : L’économie du territoire (6 % du PIB du Québec) est plus diversifiée qu’historiquement grâce à une présence accrue de PME des secteurs manufacturiers traditionnels (produits forestiers, meuble, agroalimentaire, métallurgie, plastique) qui cohabitent avec des secteurs émergents à fort contenu technologique (aéronautique, équipements mécanosoudés, matériel de transport, technologies de l’information et des communications, technologies vertes). Les taux de chômage de 6,8 % en Mauricie et de 7,2 % dans Lanaudière se comparent à celui du Québec (6,9 %).

  • Atouts : Une position géographique et une desserte d’infrastructures de transport avantageuses (autoroutes, port et aéroport), une économie qui bénéficie encore de la disponibilité des ressources naturelles, mais moins dépendante de celles-ci, et de plus en plus diversifiée par la présence de PME technologiques qui peuvent compter sur la présence d’une université (UQTR) et de quatre centres collégiaux de transfert technologique (CCTT).

  • Défis : Dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre spécialisée, d’un besoin de relève entrepreneuriale et d’une dépendance des entreprises manufacturières envers le marché américain, la productivité, la modernisation des procédés de production, l’innovation en entreprise et la diversification des marchés constituent déjà et seront pour longtemps des défis majeurs.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Appuyer directement les entreprises dans leurs démarches d’innovation et de commercialisation des produits issus de l’innovation.
    • Prioriser des projets de productivité des PME qui s’inscrivent dans une démarche d’utilisation de technologies numériques tels que des projets d’implantation de systèmes ERP et le développement ou l’adoption de supports technologiques visant l’efficacité de la production.
    • Soutenir le démarrage d’entreprises innovantes qui contribuent à la croissance des secteurs à fort potentiel de développement.
    • Supporter les entreprises appartenant aux filières à valeur ajoutée dans leurs démarches pour intégrer les chaînes des grands donneurs d’ordres.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Favoriser le développement, l’adoption et la commercialisation de technologies propres ainsi que les projets de productivité ou d’innovation des PME qui s’inscrivent dans une démarche d’utilisation ou d’adoption de technologies propres visant l’efficacité environnementale.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Soutenir les projets visant à doter les territoires fragilisés d’atouts distinctifs, comme des équipements collectifs économiques, assurant des retombées économiques majeures.
    • Soutenir le démarrage, le maintien et la croissance des PME dans les MRC les plus dévitalisées dans leurs projets d’amélioration de la productivité et d’accroissement de la capacité de production (par exemple via l’agrandissement, l’acquisition d’équipements stratégiques et l’optimisation de procédés).

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Soutenir les communautés autochtones dans la réalisation de leurs projets.
    • Assurer une présence plus soutenue auprès des collectivités autochtones et contribuer à ce que les collaborateurs de DEC appuient leurs efforts de développement.
Outaouais

Portrait de la région

  • Territoire et population : Le bureau d’affaires de l’Outaouais dessert l’ensemble de la région de l’Outaouais qui inclut quatre MRC (Pontiac, Papineau, Vallée-de-la-Gatineau, Collines-de-l’Outaouais) ainsi que la ville de Gatineau. À ce territoire s’ajoutent quatre MRC de la région administrative des Laurentides, soit Antoine-Labelle, Laurentides, Pays-d’en-Haut et Argenteuil. Ces territoires comptent une population totale de 541 830 habitants répartis dans 124 municipalités, dont près de 280 000 pour la ville de Gatineau. Deux communautés algonquines sont présentes sur le territoire, soit Kitigan Zibi Anishinabeg et les Algonquins du lac Barrière.

  • Économie : La structure économique de l’Outaouais est fortement axée vers le secteur des services en raison de la présence de la fonction publique fédérale. À Gatineau, il y a un petit bassin d’entreprises du secteur des technologies de l’information et des communications, mais globalement, il y a très peu d’entreprises manufacturières (4,4 % des emplois contre 12,1 % au Québec). L’économie des MRC des Laurentides est surtout concentrée dans l’industrie touristique (sauf celle d’Argenteuil) et dans le secteur forestier. Alors que Gatineau possède de bons indicateurs socio-économiques, les huit MRC desservies se classent parmi les plus dévitalisées au Québec selon l’indice de développement économique de DEC.

  • Atouts : En Outaouais, présence d’entreprises innovantes, d’une main-d’œuvre bilingue et qualifiée et en croissance à Gatineau, proximité de la capitale nationale (tourisme, écosystème d’innovation). Dans les Laurentides : attraits touristiques d’envergure (Mont-Tremblant, piste du P’tit train du Nord), grappe d’entreprises innovantes dans Argenteuil. Dans les deux régions : ressources forestières mixtes et abondantes.

  • Défis : Développer l’écosystème d’innovation encore au stade embryonnaire, relever le taux d’entrepreneuriat (l’un des plus faible au Québec), diversifier la base économique de son territoire, notamment au sein des MRC dévitalisées.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Le bureau d’affaires supportera le démarrage et la croissance d’entreprises innovantes. Il appuiera des activités d’accompagnement liées à l’innovation des entreprises manufacturières afin d’accélérer leur adoption de technologies et offrira la démarche intégrée du Service de croissance accélérée.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Le bureau d’affaires soutiendra le prédémarrage, le démarrage et la croissance des entreprises du secteur des technologies propres ainsi les projets d’adoption de telles technologies. Il appuiera la mise en valeur de produits recyclés ainsi que la création de réseaux dont le mandat est de favoriser la réutilisation de déchets tout en améliorant la rentabilité de ses membres (économie circulaire).

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Afin que toutes les régions puissent participer à l’économie à la hauteur de leur capacité, le bureau d’affaires mettra en œuvre des stratégies spécifiques adaptées pour chacun des territoires desservis, particulièrement les plus dévitalisés. Ces stratégies seront établies en partenariat avec les acteurs locaux. De plus, il aidera au démarrage et à l’expansion des entreprises d’envergure locale et régionale qui contribuent à la création d’emploi et à la diversification de l’économie. Enfin, il poursuivra son appui aux projets qui attirent une clientèle hors Québec et hors Canada dont les retombées sont probantes.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Le bureau d’affaires appuiera les initiatives qui visent le développement économique des communautés algonquines de son territorie, et ce, en lien avec leurs priorités respectives.
Québec - Chaudière-Appalaches

Portrait de la région

  • Territoire et population : La région de la Capitale-Nationale regroupe 59 municipalités, soit six MRC (Charlevoix, Charlevoix-Est, L’Île-d’Orléans, La Côte-de-Beaupré, La Jacques-Cartier, Portneuf), la ville de Québec ainsi que la communauté autochtone de Wendake. Le territoire de Chaudière-Appalaches comprend 136 municipalités réunies sous neuf MRC (Beauce-Sartigan, Bellechasse, Des Appalaches, L’Islet, La Nouvelle-Beauce, Les Etchemins, Lotbinière, Montmagny, Robert-Cliche) et la ville de Lévis. Au total, les deux régions comptent plus de 1,1 million d’habitants, soit 15 % de la population du Québec, dont 542 000 à Québec et 144 000 à Lévis.

  • Économie : La Capitale-Nationale et Chaudière-Appalache montrent les deux plus bas taux de chômage des régions du Québec et une croissance soutenue du PIB. Il y a une grande vitalité économique au sein de la RMR de Québec, mais plusieurs MRC en périphérie connaissent une faible croissance économique. Les 15 MRC du territoire ont des profils variés, et 12 de celles-ci sont considérées à faible potentiel de croissance économique selon l’Indice de développement économique de DEC.

  • Atouts : Nombreuses infrastructures de recherche et de transport. Mobilisation des intervenants dans la croissance des secteurs clés dont les technologies de l’information et des communications, les technologies appliquées, les sciences de la vie et le secteur manufacturier. Secteur manufacturier diversifié, incluant 2 350 entreprises dont une grande proportion exporte ses produits. Pôle touristique majeur au Canada (Québec - 6e rang).

  • Défis : Combler la pénurie de main d’œuvre qualifiée et bilingue, attirer davantage de capital de risque, intégrer le développement numérique en soutien à la productivité manufacturière, assurer la relève des entreprises, soutenir une croissance inclusive pour les MRC dévitalisée et conserver l’attractivité touristique de la région.

Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Favoriser l’essor de nouvelles entreprises innovantes et soutenir leur croissance à toutes les étapes de leur développement.
    • Intensifier l’appui aux entreprises qui souhaitent prendre le virage numérique.
    • Soutenir le déploiement du Service de croissance accélérée.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Maximiser les activités et les résultats issus de la valorisation de la recherche dans le secteur des technologies propres.
    • Soutenir les entreprises émergentes et en développement dans le secteur des technologies propres.
    • Appuyer les entreprises qui souhaitent adopter des technologies propres.
    • Explorer les opportunités associées au développement du secteur du bâtiment vert et intelligent.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Soutenir l’attraction d’investissements étrangers.
    • Consolider les efforts de développement touristique et de rayonnement hors Québec qui favorisent le positionnement de la destination.
    • Appuyer l’entrepreneuriat collectif et les initiatives structurantes.
    • Appuyer la consolidation des secteurs porteurs par l’appui des entreprises locales dans les collectivités dévitalisées.
    • Soutenir les entreprises qui s’inscrivent dans les chaines de valeurs régionales.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Accroître les capacités d’innovation, de productivité et de commercialisation des entreprises autochtones manufacturières.
    • Soutenir le développement et la commercialisation de l’offre touristique patrimoniale autochtone.
Saguenay - Lac-Saint-Jean

Portrait de la région

  • Territoire et population : La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean est la plus populeuse des régions ressources avec 277 657 habitants (2016), localisés dans 49 municipalités et regroupés sous 4 MRC et une RMR (Saguenay). La région compte également une communauté autochtone (Mashteuiatsh).

  • Économie : Les secteurs forts de l'économie régionale sont le bois, l'aluminium, et dans une moindre mesure, l'agroalimentaire et le tourisme.

  • Atouts : Présence d’une grappe industrielle sur l’aluminium, plus importante région forestière du Québec, présence d’une université (UQAC) et de plusieurs centres de recherche et de transfert technologique, sites naturels de grande envergure (Fjord du Saguenay, Lac-Saint-Jean, Monts Valin), positionnement fort dans le secteur bioalimentaire (certification agro boréale).

  • Défis : Économie régionale peu diversifiée qui repose en grande partie sur l’industrie forestière et l’industrie de la fabrication de l’aluminium, vieillissement de la population, décroissance démographique.

Priorités d'intervention 2021*

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Innovation dans les filières de la transformation du bois, de l’aluminium et bioalimentaire.
    • Adoption des technologies numériques par les PME et offre du Service de croissance accélérée par le bureau d’affaires.
    • Accroissement de la productivité des PME.
    • Intensification des activités de commercialisation et d’exportation.

  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Intégration de nouvelles technologies propres par les PME.
    • Mise en œuvre de projets liés à l’économie circulaire.
    • Développement de produits biosourcés.

  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Élaboration et déploiement de stratégies de diversification économique au sein de certaines parties du territoire.
    • Consolidation et développement de l’offre touristique.
    • Création et développement de PME qui favorisent la diversification de l’économie locale tout en créant de l’emploi.

  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Création et démarrage d’entreprises autochtones.
    • Développement et mise en valeur du tourisme autochtone.
Date de modification :